Skip to main content

Je pense donc je lis

Accueil
Qui sommes-nous ?
Contactez-nous
Plan du site
CATALOGUE
AUTEURS
Robert Albiol
Allamel Francois
Auboiron Bruno
Bandelier Nicole
Bismuth Belinda
Boissel Jean-Francois
Bougette Audrey
Cabrera Joelle
Carmona Francois
Chazalmartin Magui
Costa Nadine
David Paul
Desete Bretzel
Philippe Despeysses
Donzel Patrice
Dupont Jean Louis
Duval Michel
Escure Guy
Esteba Nadia
Formosa Charles
Gardies Andre
Girones Angel
Gommes Julie
Gonzales Frederic
Granchamp Philippe
Jacques Grossi
Hamonet Michele
Sylvie Hecquet
Hours Roland
Kuss Francois
Lagarde Christian
Lasne Pierre
Layrolle Francis
Loubet Sartrou Christine
Maguelon Pierre
Yves Marchand
Mas Gerard
Mazet Embertine
Mirabel
Patrick Misse
Morvilliers Pierre
Mottier Francois
Moulin Marion
Simone Pons
PINERO Frederic
Py Aurelie
Rizzolo Mege Alain
Rolland Julie
Rubin Dieulois Stephane
Tirelli Jean
BIOGRAPHIES
ROMANS
NOUVELLES
ALBUMS et BD
CONTES
BEAUX LIVRES
POESIES
RECITS et CHRONIQUES
DICTIONNAIRES
JEU de SOCIETE
THEATRE
ESSAIS
NOUVELLES PARUTIONS
MEILLEURES VENTES
CALENDRIER des DEDICACES
TOP LIBRAIRES
CLUB des LECTEURS
DUPONT Jean-Louis
Jean-Louis Dupont
Autodidacte - Ecrivain
Né en 1943 à Paris
Marié, retraité, il vit à Sète depuis 2003.

 

Jean-Louis Dupont est quasiment né orphelin le 25 décembre 1943, à Paris. Il tire son nom d’une adoption. Elevé par des grands parents, il passe le CEP en Normandie dans une pension à laquelle succède l’orphelinat des Apprentis d’Auteuil d’où il se fera renvoyer. Cet autodidacte devient tour à tour et dans le désordre : dessinateur industriel, mime chez Maximilien Decroux, plongeur dans un Hôtel des Hautes-Alpes avant de se faire cueillir en 1963 par la maréchaussée, puis incorporer contre son gré dans un bataillon semi disciplinaire où il terminera secrétaire du colonel. A sa libération, il travaille comme jardinier, peintre en bâtiment, secrétaire médical et comme vendeur dans une librairie universitaire. Grand cinéphile, mais quasiment sans diplôme, il étudie la photo en cours du soir à «Vaugirard » travaille en labo et devient aussi projectionniste. Depuis toujours, il lit beaucoup.  Après un très bref passage au PC d’où il est rapidement exclu, il rencontre l’extrême Gauche. En 67, manœuvre puis O.S. dans l’industrie chimique, une FPA (Formation Pour Adulte) le fera embaucher comme ouvrier fraiseur dans la métallurgie. Il y militera. Après avoir mené une grève, il se laissera présenter à des élections législatives, sur une liste trotskiste. Des différends finiront par l’éloigner de son groupe. Il quittera l’usine, la politique, sa compagne, non sans avoir reconnu son premier fils. Il y a 35 ans, à l’étiage soixante-huitard, il « descend » à Sète où il travaille comme acconier sur le port de commerce, cariste sur la darse aux cafés, pompiste. Une rencontre le renvoie sur Paris où il devient accessoiriste surnuméraire à l’opéra Garnier. Des coupes sombres dans les effectifs l’obligeront encore à changer de perspectives. Pour voyager, il souhaite alors passer le permis de transport en commun. La RATP lui offre cette opportunité. Comme il épouse une asiatique et qu'elle lui donne deux autres enfants, il y fera carrière. Agent de maîtrise, passionné de paléontologie et d’archéologie, membre de la Société Préhistorique Française (SPF), il effectuera des fouilles avec une Unité de Recherches Archéologiques  du CNRS.

Maintenant, de retour sur « l’île singulière », rescapé d'une maladie grave et à la retraite,  le seul démon capable de l’emporter, semble devoir être l’écriture !

Lui écrire ?